Jamais au delphinarium

Ils ont conquis les mers et les océans avant de devenir les compagnons fidèles des marins. Aimés de tous, les dauphins font partie aujourd’hui de l’univers familier de l’homme qui les sait capables d’exploits inhabituels. »Symbole de la liberté », il faut maintenant les protéger sérieusement contre les prédateurs que sont les hommes !

L’homme a une influence néfaste sur la vie de cet animal pacifique. C’est pourquoi, il est grand temps de prendre des mesures radicales pour le protéger.

—————————————

Aqua-Mer-International (A.M.I.) lance un appel à tous les organismes, associations, sociétés, clubs (clubs de plongée) qui aiment les mammifères marins en vue de leur protection et contre leur emprisonnement à signer la pétition Suisse / Europe.

Est-ce un comportement naturel ?

D’autre part: on profite de l’intelligence des dauphins; leur cerveau étant plus gros que le nôtre, ils comprennent facilement les ordres au sifflet du dresseur et on leur fait faire des tours pour amuser les gosses. Comme celui-ci au zoo d’Anvers, démontrant l’imbécillité des dresseurs.

De là à les faire passer pour des guérisseurs d’autistes (d’où leur surnom de « docteur dauphin »), il n’y a qu’un pas, franchi allègrement pour justifier leur exploitation et leur emprisonnement.

Lorsque l’enfant nage avec un dauphin, il démontre une satisfaction personnelle de contentement, ce qui ravit les parents, mais c’est tout ! Il aurait le même sentiment de joie avec un chien qui jouerait avec lui et lui lécherait le visage en guise de bisous ou en barbotant dans sa baignoire avec des canards en plastique.

Les parents sont manipulés par des charlatans qui ne pensent qu’à l’argent et c’est tout !

Extrait du texte du site d’A.M.I.

Nouvelle du programme du PNUE/ (ONU), pour les mers régionales.
Par Monsieur le professeur Giorgio Pilleri, auteur de nombreux ouvrages, surtout aux USA, l’un des plus grands éthologues et le premier homme à avoir dénoncé l’emprisonnement des dauphins dans les delphinariums.

L’un des exemples les plus typiques, pour ne pas dire les plus condamnables, c’est l’ignorance humaine qui sévit encore aujourd’hui en matière de détention d’animaux et le maintien en captivité de cétacés tels que dauphins et baleines, en vue de les dresser, pratique à la mode depuis les années 40…
En vertu de la même satisfaction du plaisir humain primitif que suscitaient jadis les activités de dressage dans les cirques ambulants minables ou les exhibitions niaises des montreurs d’ours.

Quant au sourire du dauphin qui paraît heureux, ce n’est qu’un rictus, car même mort, il garde son sourire; même dans la mort, les cétacés sont totalement dépourvus de mimiques (Animal Cross). Consultez la rubrique dauphins.

Dans le cas d’installations permanentes d’un delphinarium, il s’agit en général de bassins en béton ou métalliques, dont la largeur et la profondeur sont désormais fixées par des normes vétérinaires internationales. Qu’il soit seulement permis de se demander ici jusqu’à quel point la norme vétérinaire la plus rigoureuse offre un équivalent à l’infini des mers du monde, que les cétacés parcourent lors de leurs pérégrinations, longues souvent de plusieurs milliers de kilomètres.

Morts, ils ont aussi le même sourire. Ils doivent être interdits de captivité !

 

Le dauphin heureux dans un delphinarium, cela n’existe pas !
Les dauphins martyrs !

A.M.I. a révélé que, selon de nombreuses études sur les dauphins, ce sont des mammifères hautement évolués d’un point de vue social. Ils appartiennent, comme de nombreuses autres espèces migratrices, au patrimoine universel.

C’est -à-dire, que nul n’a le droit de les capturer pour des raisons de l’esprit de lucre.

La delphinothérapie n’existe pas, c’est du bidon !
Car ces dauphins sont dressés et ce n’est pas des comportements naturels de l’animal, cela est uniquement à but lucratif; on joue sur le sentiment des parents pour leurs enfants malades, confiants, naïfs voire « crédules ». Ils voient un

Ils voient un comportement amusé des autistes et autres handicapés mentaux et prennent ça pour de la thérapie.

Aucun dauphin au monde n’a jamais soigné un humain, cela n’est que de la poudre aux yeux. De plus, les dauphins sauvages ne s’approchent pas des humains.

Les delphinariums ont vite tiré parti de ce phénomène éphémère sur les autistes, profitant de cette nouvelle idée pour justifier la captivité des dauphins.

Exemple de publicité d’un delphinarium :
« Laissez les enfants malades nager avec les dauphins » sur fonds de cliquetis des dauphins, avec des pulsations du cœur. Incroyable !

Car, en fait, ils ont été affamés pour les faire obéir. Comme si on vous faisait danser pour attraper votre steak pendu au bout d’une ficelle. C’est lamentable ! Il faut combattre cela !

La delphinothérapie n’existe pas, c’est du bidon !

Car ces dauphins sont dressés et ce n’est pas des comportements naturels de l’animal, cela est uniquement à but lucratif; on joue sur le sentiment des parents pour leurs enfants malades, confiants, naïfs voire « crédules ».Ils voient un comportement amusé des autistes et autres handicapés mentaux et prennent ça pour de la thérapie.

Pour plus de détails sur les textes du professeur Giorgio PILLERI,  consultez la page dans la rubrique « Les dauphins » dans le site aquamer-int.org

Aucun dauphin au monde n’a jamais soigné un humain, cela n’est que de la poudre aux yeux. De plus, les dauphins sauvages ne s’approchent pas des humains.

Les delphinariums ont vite tiré parti de ce phénomène éphémère sur les autistes, profitant de cette nouvelle idée pour justifier la captivité des dauphins.

Exemple de publicité d’un delphinarium :
« Laissez les enfants malades nager avec les dauphins » sur fonds de cliquetis des dauphins, avec des pulsations du cœur. Incroyable !

Car, en fait, ils ont été affamés pour les faire obéir. Comme si on vous faisait danser pour attraper votre steak pendu au bout d’une ficelle.
C’est lamentable ! Il faut combattre cela !

Rappel: les zoos, les parcs animaliers ne sont que des camps d’extermination lente ou rapide où sont rassemblés et emprisonnés des animaux sauvages en vue de satisfaire la curiosité primitive des humainsGiorgio PILLERI
Professeur d’anatomie cérébrale
Institut du cerveau
Université de Berne, Suisse

 

(Pour plus de détails sur les textes du professeur Giorgio PILLERI, consultez la page dans la rubrique

« Les dauphins »)

————————————–

 Dire qu’il y a des gens qui croient que les zoos sauvent les animaux en voie de disparition dans du béton ou dans des enclos, c’est toujours faux !
Les propriétaires de ces établissements, eux, ne sont intéressés que par le fric !

 

Triste réalité des delphinariums, le nombre de morts (cachés).

Ce que vous ne savez pas, c’est qu’il y a 50 % de morts lors de leur capture. Des dauphins prisonniers pour faire les clowns dans leurs bassins étroits, ils sont affamés : un dauphin nourri ne travaille pas, donc, c’est de la torture psychique.

Les dauphins « dollars » sont devenus des dauphins « débiles » (incapables de réagir à leur instinct naturel). La preuve : ils batifolent avec l’orque alors que c’est leur ennemi naturel.

Emprisonnés, les dauphins ne vivent que 5 à 7 ans en moyenne au lieu de 40 ans libres et les orques ne vivent qu’une dizaine d’années au lieu de 80 ans en liberté.

C’est l’animal le plus intelligent de la planète, mais c’est aussi le plus emprisonné de la planète par rapport à ses besoins. Symbole de la liberté depuis plus de 3000 ans, une liberté bafouée comme jamais !

Raison pour laquelle A.M.I. veut faire connaître les particularités de cet animal, dévoiler les souffrances qu’il endure en captivité et dénoncer les trafics.

Les dauphins sont intelligents et tellement plus à leur place dans leur milieu naturel. Aqua-Mer-International revendique pour eux une liberté sans condition.

Une guerre par des prises de consciences générales qui permettent de conserver un équilibre sur cette planète. Les delphinariums d’Antibes, du Parc Astérix et de Planète sauvage doivent disparaître.

Les animaux sauvages ne sont pas nés pour amuser les enfants, ni les grands enfants !

La captivité, un mot qui ne signifie rien de spécial, ils sont nés en captivité pour un enfant, cela ne veut rien dire. Oh, il est captif ! Captif: un mot agréable, qui est joli, qui sonne bien. Connaissez-vous bien la définition du mot captif ? (1460 captif: du latin de capere captivus, « prendre »). Qui a été fait prisonnier, attaché, asservi, soumis à une contrainte, réduit en esclavage, etc.

C’est pourquoi A.M.I. a choisi le mot prisonnier (« Privé de liberté ») en lieu et place de captif, car il est plus explicite.

IL N’Y A PAS DE DELPHINARIUM FORMIDABLE,
IL N’Y A QUE DES ANIMAUX EMPRISONNÉS !

Une histoire vraie : aux Etats- Unis, un jour, dans les années 1950, des hommes ont capturé une petite « baleine grise » pour la mettre dans un immense « Baleinarium ». Nourrie avec du krill, pendant quelques années, la baleine grandit, grandit tellement, qu’elle ne pouvait plus tourner dans son bassin. Ceci a fait un tel scandale aux Etats-Unis, qu’ils ont dû la relâcher. Les propriétaires pleuraient et l’appelaient en criant son nom. Au moment du lâcher, la baleine ne s’est même pas retournée pour voir ses geôliers. Marquée, ils l’ont repérée en Antarctique dans un banc de baleines grises.

<Depuis, il est strictement interdit, par des lois internationales, d’avoir des baleines emprisonnées.>

Notez: ce que les anglais appellent « baleines tueuses », c’est-à-dire les orques, ainsi que les « baleines blanches » (en fait des bélougas) sont en réalité des dauphins.

Comme disait Jacques Mayol, héros du film « Le grand bleu », il faut interdire la nage avec les dauphins même libres et laisser les dauphins tranquilles.

Notez que l’Egypte a interdit de nager avec des dauphins libres.

Fondation Cousteau

Le Commandant Jacques-Yves Cousteau

Que ce soit pour le film « Le monde du silence » ou ses nombreux autres films, le Commandant Jacques-Yves Cousteau, célèbre océanographe, n’a jamais pu approcher aucun dauphin sauvage.

L’équipe Cousteau a dû en capturer afin de pouvoir les étudier; ceux qui se sont approchés des hommes sont, soit des dauphins qui ont, pour la plupart, connu les humains dans les delphinariums, c’est-à-dire des dauphins relâchés (car ils ne travaillaient plus assez bien ou malades psychologiquement et qui sont remplacés par des nouveaux), soit des dauphins utilisés par l’armée pendant de nombreuses années et qui les ont relâchés, soit encore des dauphins exclus de leurs groupes ou pour des raisons diverses.

Lorsqu’un dauphin, animal d’un naturel exubérant et sociable, a subi le martyre de la captivité et tout ce qu’elle implique (séparation d’avec sa famille, arrachement brutal au milieu, réclusion dans un bassin ridiculement petit, piqûres de vitamines et d’antibiotiques, lavages de cerveau répétés pendant des semaines), le fier coursier des mers qu’il était se transforme en malheureux clown résigné.

Et ce sont ces êtres pervertis que certains éthologistes prennent pour sujets de leurs études !

En captivité, le dauphin n’est plus que la caricature de lui même, en dépit de son étonnante faculté d’apprendre. Son entraîneur lui enseigne à considérer les poissons morts comme des récompenses : c’est véritablement se moquer du monde. Il n’y a que certains «juges» et certaines     «autorités» en matière de psychologie animale pour ne pas s’en être aperçus.

La liberté?

Liberté-Libertà-Liberty-Libertad-Liberdade-Freiheit. Voilà un mot chéri en toutes langues, un mot qui sonne bien, un mot qui exalte, « et pourtant que de crimes sont commis en ton nom », a dit Mme Roland; ce mot bien connu, dont on ignore le sens profond, pare le bras fier de Dame Amérique qui dresse son flambeau de pierre comme le cœur des hommes.

Si par des spectacles stupides, le cirque n’a pas changé depuis 200 ans, l’homme n’a pas évolué depuis plus de 2000 ans. Il garde au cœur la même indifférence à la souffrance de l’animal que le peuple des Césars pour les jeux de cirque. En l’an 2013, la tauromachie continue dans des arènes romaines comme au temps des Césars, cela prouve que les sentiments de l’homme envers la liberté et le respect des animaux « sauvages » sont restés primitifs pendant plus de 2013 ans.

Si la vie des dauphins est plus enviable que celle des taureaux d’arènes, son sort n’est guère mieux: enfermé dans d’étroits bassins; lui, qui a besoin des océans pour être heureux, il meurt prématurément et perd les capacités de son cerveau.

Cette prison offerte à l’animal, c’est l’homme emprisonné dans son mercantilisme; plus on encourage cette vénalité, plus nous nous emprisonnons nous-mêmes.

Ces valeurs archaïques sont en train de se modifier, car l’homme comme la nature commencent à être fatigués de l’homme. Nous sommes primitifs par notre ignorance.

Heureusement qu’il y a des hommes conscients de cela; la liberté des animaux est étroitement liée à celle de l’homme et, sans eux, nous ne serions pas là !

Extrait d’un courrier de la Fondation Cousteau.

Monsieur Alain Ottavy
Président d’Aqua-Mer-International
Rue de Carouge 9
1205 Genève

Cette bataille dans laquelle je me suis engagé depuis si longtemps se déroule actuellement sur tant de fronts: Amazonie, Antarctique,…         Et notre « Redécouverte du Monde », cette ronde de gardiens de la planète que nous avons entreprise nous révèle, avec des moments d’émerveillement (comment peut-on gâcher ce superbe cadeau !) de si nombreux sujets d’inquiétude.

Avec la disparition des espèces dans certaines régions où toute vie à disparu en 15 ans avec la pollution !

Empêcher l’homme de scier la branche sur laquelle il est assis est une tâche rude.

Face à l’inconscience criminelle, il est bon de rencontrer des hommes responsables, tels que vous, qui refusent la politique de l’autruche.

Encore merci.

 

 

 

Le grand bleu

LAISSONS-LES VIVRE EN PAIX !
La meilleure façon de manifester notre reconnaissance aux dauphins serait de les laisser en paix. Il est indiscutable que ces animaux sont, sur bien des points, nos supérieurs, car ils ne demandent absolument rien. Ils n’ont besoin de rien. Et en quoi auraient-ils besoin de l’homme si ce n’est pour être sauvés de la pollution dont le responsable est justement l’homme ? C’est l’homme qui a besoin du dauphin et non l’inverse.

                                                                                                                                                                        Jacques Mayol

Alors qui sont-ils ces dauphins ambassadeurs?

En tout, peut-être une dizaine de dauphins, pas plus; tous les autres dauphins sauvages ne viennent pas vers les hommes.

Quelques rares cas de dauphins sauvages ayant approché l’être humain :

En Bretagne, le dauphin » Louis ».

En Espagne, à l’époque du général Franco, un dauphin s’est approché d’un village de la Costa-Brava pendant plusieurs mois, il y a même une statue à son effigie (tué par des pêcheurs).

En France, Côte d’Azur à Bandol, île des Embiez, un dauphin blessé s’est approché des hommes. C’est Monsieur Eric Demay, plongeur,       qui l’a soigné.

En Australie, un dauphin s’approche du rivage sur une plage où il venait chaque année (Jacques Mayol le connaissait bien).

Extrait du livre de François Xavier Pelletier « Chez les Imragen » (en Mauritanie): « Les pêcheurs frappent l’eau avec des bâtons et les dauphins arrivent, ils cernent les poissons qui, pris de panique, sautent dans les filets des pêcheurs.

Voilà un bel exemple de la symbiose de l’homme avec les dauphins.

Les dauphins « libres » viennent la plupart du temps d’endroits plus ou moins en liberté (petite baie fermée), car, souvent, ils sont dressés pour manger du poisson mort que leur donnent les touristes pigeonnés.

En réalité, ils viennent des delphinariums et ont perdu leur langage, c’est-à-dire leur écholocation et leurs clics et ils en sont devenus muets !

Pourquoi ? Parce que lorsqu’un dauphin séjourne dans un bassin de béton, leur écholocation leur revienne en boomerang et ils en perdent leur langage de communication (altération de leur cerveau), d’où le problème des reproductions en captivité, car ils ne peuvent plus communiquer avec leurs petits.

Que penser de nager avec des dauphins libres ? Souvent exploités par d’anciens dresseurs, les dauphins subissent un véritable esclavage de l’homme.

Donc, les dauphins libres sont incapables, sans réadaptation, de retourner dans un groupe pour chasser; ils restent aux mêmes endroits pour manger du poisson mort que leur dresseur leur donne après leur avoir lavé leur cerveau, car dans la nature ils ne mangent que du vivant.

SAUVEZ FLIPPER !

D’après Monsieur Richard O’Barry, ancien dresseur du célèbre « Flipper le dauphin » de la série mondialement connue, 5 dauphins sont morts pour finir la série, le dernier étant mort dans ses bras. A ce moment-là, il est devenu un grand défenseur des dauphins emprisonnés.           Aux États-Unis, il a été arrêté par la police pour avoir libéré des dauphins destinés à des delphinariums. Lors de manifestations avec des

pancartes, il est devenu le fer de lance des protecteurs des dauphins.

« Exportez des oranges, mais pas des dauphins. »

La série a eu un tel succès que, malgré lui, les delphinariums se sont développés dans le monde, car tout le monde voulaient avoir un flipper près de chez soi. De plus, les delphinariums appelaient leurs dauphins « Flipper ».

Cela était pratique, surtout pour remplacer les morts, car ils appelaient toujours les nouveaux dauphins Flipper (il leur arrivait d’en être au 22ème Flipper), car rien ne ressemble plus à un dauphin qu’un autre dauphin. Comme un hibou à un hibou.

Première manifestation contre l’emprisonnement des dauphins en 1981

Extrait de presse du 4 janvier 1990
PARC AQUATIQUE en Valais

La levée de bouclier
d’Aqua-Mer-International

Un projet du «Tropical World » qui s’étendrait sur quelque 15 hectares a de quoi soulever quelques vagues. Mais avant sa mise à l’enquête publique, le «Tropical World » a déjà un adversaire: l’Association Aqua-Mer-International qui s’oppose à sa réalisation.

A peine esquissé, le projet du «Tropical World » est contesté par «Aqua-Mer-International»: verrons- nous un jour des dauphins à Martigny ?

Ce projet gigantesque imaginé par monsieur Marcel Steiger de Zurich, devrait ouvrir ses portes en 1993.

Soyons logiques, Monsieur Marcel Steiger, je pense que c’est à cause de gens comme vous qu’il y a tant de misère animale dans le monde.

Une question d’Argent

Les promoteurs devraient encore trouver 200 millions de francs. Les aquariums, disposés sur trois niveaux, seront traversés par un tunnel acrylique long de 60 mètres. Ainsi, les visiteurs pourront admirer les pingouins sur la banquise et la gueule impressionnante des requins. Côté animation, les dauphins, les orques et les otaries seront au rendez-vous.

Le Veto d’Aqua-Mer-International

Alerté par ce projet, le Président de l’Association Aqua-Mer-International, Monsieur Alain Ottavy, demande ni plus ni moins au Président de la Commune et aux notables de la ville de renoncer à cette réalisation.

Voici sa requête: «Aqua-Mer-International» vous demande de renoncer au projet de construire un parc océanique dans votre région où se trouveront emprisonnés des mammifères marins et autres requins.

Fondatrice de la nation des dauphins, Aqua-Mer- International (A.M.I.) ne peut pas demeurer indifférente à ce projet, elle luttera avec force contre tout nouveau delphinarium en Suisse.

Le «Tropical World » de Martigny à 119 km de Genève est une insulte pour les Nations Unies des Animaux (UAN) qui a condamné en 1984, à l’unanimité (20 pays), tous les delphinariums dans le monde.

L’homme ne doit pas s’arroger le droit d’extraire de la nature des animaux sauvages pour servir son bon plaisir. Si la nature laisse vivre des animaux en liberté, l’homme se doit de respecter cet ordre des choses et non pas asservir la nature pour assouvir sa basse cupidité.

SAMEDI
7 OCTOBRE 89

INFORMATIONS SUISSES

VALAIS

GIGANTESQUE PARC AQUATIQUE

MARTIGNY-SUR-MER

Prévu sur 15 hectares, le «Tropical World » sera traversé par un tunnel acrylique de 60 mètres. Unique au monde, avec des dauphins, orques, otaries, pingouins, etc. qui animeront les bassins de leur espièglerie.

Extrait de presse du 6 janvier 1990

La Liberté Fribourg

NON AUX REQUINS «EN CAGE» AUX ABORDS DE MARTIGNY

PARC DE LOISIRS GÉANT CONTESTÉ

Première torpille contre le gigantesque parc d’attractions «Tropical World » de Martigny. L’association «Aqua-Mer-International» annonce qu’elle se battra jusqu’au bout pour empêcher les «emprisonneurs de dauphins» d’arriver à leurs fins.

Ce parc océanique est un immense bassin dans lequel évolueront les fauves de la mer (orques, requins, dauphins…).

Le propriétaire, Monsieur Marcel Steiger, avait déjà acheté des terrains en 1980.

Il a pourtant obtenu l’aval des instances administratives de Martigny et de l’Etat du valais. Avant que le projet finisse par capoter.

Depuis de nombreuses années (déjà en 1979), Aqua-Mer-International combat les delphinariums en Europe. De plus, elle s’est opposée à la construction de quatre delphinariums et a participé à faire fermer les delphinariums de Suisse.

Il faut se rappeler que les dauphins ont aussi 30 millions d’amis.

La mort du «Tropical World»

C’est grâce à des écologistes qui dénoncent les problèmes de pollution, de protection de l’environnement et des animaux, entre autres, par des prises de consciences générales, qu’il y aura une chance de conserver un équilibre sur cette planète, car voilà la question: l’équilibre ou le déséquilibre ?

Saviez-vous que sur 80 orques emprisonnés, 76 sont morts ? Et quant aux dauphins morts, ils sont remplacés par d’autres qui s’appellent comme les précédents pour éviter la mauvaise publicité.

Quand vous osez dire que nos amis marins ne pourront plus enchanter les enfants, eh bien, tant pis pour les enfants !

Quant aux massacres des dauphins, ce n’est pas en créant un autre problème (leur emprisonnement) que l’on résoudra le premier.

INFORMATIONS SUISSES
Aqua-Mer-International attaque Knie
Protection des dauphins: Knie attaqué

Extrait du journal La Suisse du 24 février 1984

« La vieille querelle qui oppose Aqua-Mer-International et le cirque Knie resurgit une fois de plus. D’un côté, on prétend que les dauphins sont en danger, voire qu’ils meurent, de l’autre, on dément violemment, « preuves » à l’appui.

«Nous avons tous les papiers nécessaires pour prouver que nos dauphins n’ont jamais été remplacés» commente Chris Krenger, chef de presse du Cirque national.

Les achats des dauphins doivent passer par le gouvernement américain, très strict.

On ne peut pas vendre un dauphin, ni remplacer un animal mort.

A Rapperswil, les quatre dauphins se portent bien. Seul le bébé né en captivité est mort. Leur «spécialiste», un psychiatre bernois, a rencontré l’employé chargé de soigner les dauphins. Ils se sont d’ailleurs brouillés rapidement.

Selon eux, le psychiatre bernois est en réalité Monsieur Giorgio Pilleri, un des plus grands éthologues au monde pour avoir été mandaté par ONU (UNEP).

L’idée d’Aqua-Mer-International est simple. Elle veut racheter les dauphins de Knie pour les sauver, les amener dans un delphinarium de réadaptation à la liberté… »

Analyse d’Aquamer: soi-disant, les dauphins du cirque Knie ne meurent pas; alors, comment expliquer que chez les dauphins de Connyland, il y a eu 37 morts?

C’est confirmé que les dauphins ne vivent pas longtemps en delphinarium. De plus, ils sont continuellement sous médicaments antivirus, vitamines et tranquillisants, etc. Sinon, ils mourraient encore plus vite. Ils sont aussi affamés, car un dauphin qui a bien mangé ne fait pas de tour, il fait la sieste.

A.M.I. rappelle que l’homme emprisonne les animaux sauvages dans le seul but de les exploiter financièrement. Aqua-Mer-International ne peut demeurer silencieuse devant cette exploitation abusive, ni indifférente devant l’appauvrissement du patrimoine universel de notre planète.

Un conseil : prenez le dictionnaire Larousse, lisez écologie et écologiste. Moi, je vous offre la philosophie du mot éco-logique qui est : «la logique doit l’emporter sur la cupidité». Et puis, de toute façon, mieux vaut mourir en liberté que de mourir emprisonné.

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                       Alain Ottavy,
Président d’A.M.I.

Delphinariums

En effet, après avoir fait fermer celui du cirque national (Knie en 1980/1990) et avoir grandement participé à la fermeture du 2ème delphinarium chez Connyland le 21 octobre 2013, A.M.I. déclare que chaque 21 octobre sera le jour des manifestations contre l’emprisonnement des dauphins dans les delphinariums de par   le monde.

«Chez les Grecs et les Romains, le dauphin a été un symbole de la liberté; celui qui en tuait un était condamné à mort.», clame Alain Ottavy, qui estime absurde la captivité de ces animaux.

LA JOURNÉE MONDIALE DU DAUPHIN LIBRE !

Avec Internet, la Télévision, les safaris, les parcs nationaux, ces zoos n’ont plus aucun intérêt pédagogique, dénonce Alain Ottavy. Le rôle pédagogique de ces établissements est rigoureusement nul et l’exhibition de la captivité est la négation même de l’enseignement de la vie.

Aqua-Mer-International
au secours des dauphins

Deux préoccupations principales animent l’association: l’éducation du public vis-à-vis de la nature et la lutte contre les delphinariums.

Différents combats d’A.M.I.: les delphinariums de Knie, Rapperswil, le projet du delphinarium de Paris, du Tropical World de Martigny et de Connyland, Lipperswil.

Par nos nombreuses campagnes, nous avons, entre autres, combattu les delphinariums de Paris avec Greenpeace, ainsi que le projet de parc jurassique en Suisse. Nous avons aussi obtenu plus de 50 000 signatures contre l’emprisonnement des dauphins; signatures qui seront remises au Conseil de l’Europe.

Vous pouvez l’écrire: «Aqua-Mer-International (A.M.I.) fait la guerre aux delphinariums». Le président est clair: il faut lutter contre une aberration, la captivité des dauphins. Pour cela, il convient de faire connaître les besoins de cet animal, notamment aux plus jeunes.

 Education

Certains adultes font croire aux enfants que les dauphins sont heureux parce qu’ils ont l’air de sourire. Il ne s’agit que d’une particularité physiologique.

Les dauphins en captivités ont le cerveau qui s’atrophie et ils deviennent muets.

En liberté, ils parcourent plusieurs dizaines de milliers de kilomètres par an.

Dans les bassins en bétons (piscine), ils ne peuvent plus utiliser leurs sonars, cela renvoie les sons par échos, et ils perdent leur communication entre eux.

LES DAUPHINS MARTYRS !

Le dauphin heureux dans un delphinarium, cela n’existe pas !

Sur 100 dauphins destinés à perdre leur liberté, 50% seront morts lors de leur capture.

En captivité, les dauphins perdent 40% (voire plus) de leurs capacités intellectuelles.

Pour faire les clowns dans leur bassins étroits, ils sont affamés. Un dauphin nourri ne travaille pas; donc, c’est de la torture psychique.

Les dauphins « dollars » sont devenus des dauphins « débiles » (incapables de réagir à leur instinct naturel). La preuve: ils batifolent avec l’orque alors que c’est leur ennemi naturel.

Emprisonnés, les dauphins ne vivent que 5 à 7 ans en moyenne au lieu de 40 ans en liberté. Et les orques ne vivent qu’une dizaine d’années au lieu de 80 ans dans la nature.

C’est l’animal le plus intelligent de la planète, mais c’est aussi le plus emprisonné de la planète par rapport à ses besoins. Symbole de la liberté depuis plus de 3000 ans, une liberté bafouée comme jamais !

Raison pour laquelle A.M.I. veut faire connaître les particularités de cet animal, dévoiler les souffrances qu’il endure en captivité et dénoncer les trafics.

Les dauphins sont intelligents et tellement plus à leur place dans leur milieu naturel.

Aqua-Mer-International revendique pour eux une liberté sans condition.

Nous avons combattu avec d’autres organismes de la protection des animaux, les dauphins du cirque national suisse Knie de 1990 à 1998, et après bien des polémiques, nous avons gagné !

Victoire pour les Dauphins !

KNIE RENONCE AUX DAUPHINS

Certaines saisons, le bélouga, migrateur saisonnier (2000 km.), plonge à des profondeurs de 400 à 800 mètres. Le record étant à plus de 1000 mètres.

Dernière minute:

Le lundi 11 novembre 2013, dans la presse: encore un dauphin mort au moment du transport, cela porte à 37 morts en 40 ans de delphinarium, une moyenne d’un dauphin mort par année et je n’ai pas compté les orques.

Selon A.M.I., ces gens-là sont des assassins de dauphins, donc, ils devraient être traduits en justice pour maltraitance envers les animaux !

Extrait de presse 20 minutes

Angel ne verra jamais l’océan

Lipperswil, TG: Un nouveau dauphin est mort le 3 novembre 2013 chez Connyland.

Angel a succombé à une maladie du pancréas pendant les préparatifs de son transfert en Jamaïque. L’animal de 8 ans n’a probablement pas supporté le stress du déménagement.

En vue de leur transport, les trois derniers dauphins du parc ont dû s’habituer à être emballés dans des nattes serrées. Leur rythme de vie a également été modifié.

«C’était trop pour Angel », les deux autres dauphins, eux, sont bien arrivés dans les Caraïbes. Le parc avait défrayé la chronique en 2011, en raison de la mort de huit dauphins en trois ans, dont deux en une seule semaine.

P.-S.: Suite à l’obtention d’un sursis d’une année par le parc (prétextant qu’un dauphin était trop jeune pour voyager), A.M.I. a envoyé un courrier aux institutions concernées. (hors presse).

Le delphinarium a fermé le 21 octobre 2013

Extrait de presse de
La Suisse du 14 septembre 1983

« Libérez les dauphins ! »

La captivité des cétacés ressemble à bien des égards à la détention cellulaire, désormais de plus en plus réprouvée lorsqu’on l’applique aux être humains. Il est prouvé expérimentalement que l’isolement est une «condamnation à l’aphonie».

Les dauphins et les baleines sont des animaux grégaires et forment des sociétés très organisées. Ils sont habitués à vagabonder dans les grands espaces marins, à se regrouper en troupeaux, à communiquer entre eux; extravertis, ils se montrent peu farouches avec l’être humain.

Les cétacés qui vivent en captivité cessent de communiquer. Ils deviennent muets et lorsqu’on leur donne à manger, ce que l’on entend ne sont que des résonances nasales.

Le cerveau du dauphin en captivité s’atrophie et perd 30 à 40 % de ses facultés intellectuelles. Les dauphins deviennent névrosés et muets, ne communiquant plus entre eux.

Ils se désocialisent et de nombreux autres phénomènes de dégénérescence jouent un grand rôle dans la mortalité élevée des animaux en détention, comme dans la reproduction. Les delphinaux nés en détention sont rarement viables.

La captivité veut dire prisonnier dans un espace restreint, privation de liberté. Il nous faut prendre conscience que les parents, les enfants et les responsables qui donnent les autorisations participent à l’emprisonnement des animaux sauvages.

photo tirée de Dolphin connexion

Dans la nature, les orques font 200 km. par jour, 73.000 kilomètres par année à des profondeurs de 1000 mètres. Les dauphins font 100 km. par jour soit 36.500 kilomètres par année à plus de 600 mètres.

Un dauphin a été homologué à 643 mètres de profondeurs.

Ils vivent dans des bassins minuscules, par rapport à leur bien-être.

Les animaux sauvages ne sont pas nés pour amuser les enfants, ni les grands enfants !

Aujourd’hui, Tilikum, un orque, enlevé à sa mère dans la nature, n’a plus les dents à la mâchoire inférieure, à force de ronger continuellement les barres d’acier qui ferment son bassin. La monotonie absolue de son existence l’a rendu fou.

Son sperme congelé a déjà servi à produire près des 2/3 de tous les orques captifs qui sont nés par insémination artificielle.

Les naissances des dauphins et orques se font par insémination artificielle, donc, des naissances qui ne sont pas dues à des relations sexuelles naturelles normales. Que penser d’un dauphin né, emprisonné dans des bassins ridiculement petits, obligé à vivre dans une prison de béton et qui meurt dans la même prison ?

C’est de l’esclavagisme à grande échelle dans les delphinariums qu’il faut absolument combattre.

« LES ANIMAUX SAUVAGES DOIVENT RESTER LIBRES DANS LEUR MILIEU NATUREL ! »

La vengeance des orques. Malgré les centaines d’attaques de ces orques tenus en captivité, Seaworld minimise. Comment la mise en captivité et le traitement de ces animaux, en liberté inoffensifs pour l’homme, ont développé une psychose vindicative et meurtrière.

Photo extraite de l’émission de Temps Présent du 26 décembre 2013

Le premier homme à avoir dénoncé la captivité des dauphins, Monsieur le professeur Giorgio Pilleri, a décrit dans de nombreux ouvrages aux Etats-Unis, le problème dû à la captivité des cétacés et de leur atteinte psychologique et de la perte de la capacité de leurs cerveaux qui est de 30 à 40%; ce qui est grave, mais le Seaworld n’en a rien à faire.

Pourquoi la nageoire dorsale est pliée ? Cela est dû à leur emprisonnement, car dans la mer, leur milieu naturel, la dorsale est toujours droite. Il y a deux explications à cela: la première: dans la mer, la pression de l’eau est plus dense, surtout lorsqu’ils sondent en profondeur, alors qu’en delphinarium, il y a peu de pression; la deuxième: en delphinarium, ils sautent des dizaines de fois et cela casse les molécules de leur dorsale à chaque fois qu’ils retombent sur le dos. Dans la nature, ils sautent seulement pendant la saison de la reproduction, comme les baleines.

A.M.I. dénonce le côté tortionnaire de certains dresseurs, qui privent de nourriture des orques et dauphins qui ne travaillent pas bien. Il ne faut pas oublier, non plus, que lors de la séparation de la mère et de son petit, elle appelle (pleure) son petit en vain.

Cela doit être considéré comme de la torture.

Notez : le parc d’attraction EUROPA PARK en Allemagne a arrêté le delphinarium en 1994; la cause évoquée: « trop de morts en captivité. »

Aqua-Mer-International condamne le Seaworld dans sa liste Rouge ! de 2015

Extrait d’un courrier d’un Conseiller fédéral Suisse

Monsieur Alain Ottavy, Aqua-Mer-International

Tous les établissements détenant des animaux sauvages doivent être autorisés par le canton. De plus, les cétacés font partie de la catégorie des animaux sauvages dont la détention ne peut être autorisée que si l’expertise d’un spécialiste indépendant et reconnu conclut que les installations prévues permettent de remplir toutes les conditions d’une détention conforme aux besoins et au bien-être de l’espèce. La mort des deux dauphins et la vive émotion qu’elle a suscitée ont ravivé la question de l’impossibilité que les besoins du bien-être des dauphins soient conformes à leur emprisonnement.

Réponse d’A.M.I.

Monsieur le Conseiller fédéral,

Aqua-Mer-International (A.M.I.), fondateur de la nation des dauphins au Nation Unies des Animaux (UAN), est un combattant acharné de la liberté des dauphins ; elle a réussi avec d’autres organismes à faire arrêter les dauphins de chez Knie à Rapperswil dans les années 1985 /1990 et ne désespère pas de faire fermer celui de Lipperswil, Connyland, mais au lieu de vous écrire des textes qui ne vous serviront à rien, je vous propose de regarder notre site Aquamer-int.org, dans la rubrique « les dauphins ».

Je voudrais attirer votre attention sur le fait que les bassins et les enclos des animaux sauvages ont été faits par des hommes souvent mandatés par l’Etat, donc, je doute de leurs connaissances des besoins des delphinidés (animaux sauvages) et de leur aptitude à les estimer. Alors que, par exemple, des gens tels que Richard O’BARRY ou Stephen Mc CULLOCH, qui sont des scientifiques qui les ont étudiés et ont même réhabilités des dauphins à leur liberté, sont, eux, aptes à estimer les besoins des dauphins pour leur bien-être.

C’est pourquoi aucun scientifique sérieux ne peut dire que les bassins, quels qu’ils soient, sont dans des mesures conformes à l’emprisonnement des dauphins. Ils perdent leur écholocation, donc, ils deviennent muets à cause des murs de leur bassin qui font écho avec leur sonar, dès lors, ils ne communiquent plus entre eux.

S’il n’y a pas de plaie physique sur les dauphins, il y a des dommages psychologiques indéniables !

Quiconque se penche sérieusement sur la question de la détention de cétacés en captivité et prend conscience des énormes problèmes qu’elle pose, reconnaîtra qu’il n’est possible de leur trouver une solution qu’aux dépens de cette espèce animale hautement développée.

Conclusion : la captivité des mammifères marins est une hérésie !

————————————-

————————————-

Le ministère de l’environnement et des forêts indien vient de décider que les dauphins sont des “personnes non humaines”.

A ce titre, ils ne doivent pas être maintenus captifs pour le seul plaisir des humains; aussi la construction des delphinariums est-elle désormais interdite dans le pays.

Les Delphinariums ont été condamnés par 20 pays.

AQUA-MER-INTERNATIONAL A FONDÉ LA NATION DES DAUPHINS
A L’ASSEMBLÉE DES NATIONS UNIES DES ANIMAUX (UAN) DE 1980.

Monsieur Franz Weber, Président-Directeur-Général de l’UAN.

Les tueries des dauphins aux Îles Féroé ont été condamnées par l’UAN.

LES MASSACRES DE BALEINES ET DE DAUPHINS DEVANT LA COUR INTERNATIONALE DE JUSTICE DES DROITS DE L’ANIMAL
Extraits de la conférence de l’UAN

L’HORREUR !

photo extraite de François-Xavier Pelletier

Centre international de conférences, lundi 2 décembre.

La «Cour», présidée par Franz Weber, accusera des nations telles que le Japon, de Taïwan, la Corée, les Etats-Unis et de l’Italie ainsi que les petites îles Féroé, auteur du massacre annuel des dauphins noirs ou globicéphales.

Un million de tués par an

La tuerie des dauphins se poursuit dans toutes les mers du globe à un rythme effarant. L’acte d’accusation dressé par l’équipe de Franz Weber est éloquent: «Près d’un million de petit cétacés par an. Ceux-ci périssent étouffés dans les immenses filets dérivants déployés sur des distances gigantesques, dans le but de ratisser un maximum de thons, saumons, espadons et calamars.

«Les Japonais ont été les premiers à lancer cette pêche destructrice et cruelle, bientôt suivis de Taïwan et de la Corée du Sud. A eux seuls, ces trois pays posent, avec leurs 1400 bateaux, 45.000 km. de filets chaque nuit. Plus que le tour de la terre !»

En plus des dauphins, on trouve des milliers de tortues, des millions de poissons pélagiques et d’oiseaux de mer pris eux aussi dans les monstrueux filets dérivants.

A cela, il faut ajouter les flottes, plus modestes, mais très «efficaces» aussi, des Etats-Unis, comme de l’Italie qui sont en train d’éliminer les dauphins de la Méditerranée à raison de 6000 par an.

Les Espagnols s’y sont mis aussi: avec vingt-cinq navires basés aux Canaries, ainsi que les français qui tuent dans le golfe de Gascogne quelques 3000 bêtes par an.

Aux îles Féroé: le massacre continue malgré la réprobation populaire de plusieurs pays ainsi que de nombreux organismes de la protection des animaux.

Le WWF s’élève également contre ce massacre et recommande de ne plus acheter de thon qui n’est pas garanti «Dolphin free ». C’est grâce à cette Cour que la majorité silencieuse commence à faire entendre sa voix.

Le cannibalisme était aussi une tradition ancestrale !

 Les dauphins doivent être interdits de captivité en N°1 !

Comme le soulignait le professeur Heuse, président de la Ligue internationale des droits de l’animal, dans son rapport sur «l’animal sauvages dans le spectacle», le rôle éducatif est nul (car le comportement animal est totalement modifié), de même que le rôle récréatif (le spectacle d’un animal captif et au pire dressé est une aberration). L’animal captif, dressé, transporté subit des altérations profondes et graves. Le rôle pédagogique de ces établissements est rigoureusement nul et l’exhibition de la captivité est la négation même de l’enseignement de la vie.

Journaliste: Jean-Jacques Marteau

—————————————————————————-

SYMPOSIUM CONTRE L’EMPRISONNEMENT DES CÉTACÉS

Extrait de presse de la Tribune de Genève
du 6 juillet 1990

DAUPHINS ET BALEINES EN CAPTIVITÉ

UN COMMERCE JUTEUX !

Les opérations de capture s’accompagnent en effet d’un important «déchet» pouvant aller jusqu’à la mort de plus de 50% des animaux finalement capturés.

Bruno Lienhardt, président de la société boîte aux lettres «International Dolphin Show», qui a son siège au Liechtenstein, est également impliqué dans l’abandon en 1987 de deux dauphins dans la piscine de l’hôtel Méridien du Caire où les deux cétacés, dont l’un était malade, ont attendu une année qu’on vienne les «délivrer».

Le commerçant suisse doit sa notoriété – et une bonne partie de sa fortune – à une affaire réalisée il y a une quinzaine d’années lorsqu’il vendit les dauphins au cirque Knie à Rapperswil et loua des dauphins au célèbre Moulin Rouge parisien pour sa revue «Girls, Girls, Girls».

Aqua-Mer-International avait dénoncé comme un scandale le fait de faire décrocher le soutien-gorge d’une danseuse par un dauphin dans un petit bassin minable.

Une fois capturés, les cétacés ne retrouvent pas des conditions de vie idéales.

Stress, maladies, isolement raccourcissent considérablement leur longévité: un dauphin en liberté peut dépasser l’âge de 40 ans, alors que capturé, il ne dépasse pas huit ans.

Le phénomène est encore plus marqué pour les orques qui ne survivent que rarement plus de 10 ans en delphinarium, alors qu’en milieu naturel, ils peuvent atteindre 80 ans… ATS.

Sommes-nous si indignes d’amour pour rendre l’amitié par la prison ?

Un bien triste épisode a bouleversé la vie de Rick O’Barry, le dresseur des cinq dauphins femelles qui se sont succédé dans la série «Flipper».

En 1970, grassement payé pour capturer et entraîner des dauphins, il a vu l’un deux, «Cathy», mourir d’épuisement et de stress entre ses bras. Dès lors l’Américain a décidé de consacrer sa vie à la libération de ces cétacés qui font la joie des visiteurs des delphinariums.

«Ce sont des animaux sauvages, intelligents et taillés pour la liberté. Ils appartiennent à l’océan, pas aux bassins dans lesquels on leur fait faire le clown», explique le spécialiste. Ils sont pourtant un millier à travers le monde à être détenus en captivité, perdant l’usage de leur sonar, leur capacité à nager vite et longtemps et, bien sûr, à se nourrir. Cette industrie rapporte quelque 3 milliards de francs par an.

«Il y a des delphinariums à tous les coins de rue en Floride».

Ces établissements offrent au public la possibilité de nager avec les cétacés.

Et malgré un prix de 150 à 210 francs la demi-heure, le nombre de clients a doublé en quatre ans.

Pas de contact visuel

Fondateur et Directeur du Dolphin Project depuis trente ans, Rick O’Barry a relâché avec succès 16 dauphins dans leur milieu naturel. Le fruit d’un programme de déconditionnement adapté à chaque cas. «Je les observe longuement et enregistre les changements de leur comportement, par exemple lorsqu’ils attrapent leurs premiers poissons vivants, explique le soigneur. Je ne leur parle pas et je porte des lunettes noires pour éviter le contact visuel. Ces dauphins doivent me prendre pour un arbre de la mangrove qui a pris racine dans l’eau!»

Après un ultime contrôle médical pour éviter toute contamination, ils peuvent rejoindre leurs congénères du Grand bleu.

NATHALIE THURLER

VICTOIRE POUR LES DAUPHINS !

Après avoir combattu le 1er delphinarium du cirque national Suisse KNIE dans les années 1980/1990. Le deuxième vient de fermer définitivement ses portes. Le 21 octobre 2013, il n’y a plus de delphinarium en Suisse.
L’organisation Aqua-Mer-International (A.M.I.) est satisfaite, mais la lutte continue !

Malheureusement, ce n’est pas le seul delphinarium, car chez les autres aussi, les dauphins meurent vite et ils sont remplacés très discrètement par des neufs la nuit vers 2-3 heures du matin.

Il y a une dizaine de pays qui ont renoncé à l’emprisonnement des dauphins.

Des pays comme l’Inde, la Grèce, la Croatie, la Grande-Bretagne, la Pologne, l’Irlande, l’Autriche, Chypre, l’Estonie, le Luxembourg et la Suisse ont interdit les delphinariums.

Victoire pour les dauphins !

La Suisse est le 11ème pays à renoncer à l’emprisonnement des dauphins.

Une immense victoire ! Grâce à la collaboration de nombreux politicien(ne)s, ainsi que de nombreuses associations de protection des animaux de la mer et des Nations Unies des Animaux (UAN).

Aqua-Mer-International (A.M.I.) déclare que son combat contre les delphinariums dans le monde est dédié à la mémoire du prince S.A.S. SADRUDDIN AGA KHAN.

Un homme qui a su mettre une partie de sa fortune pour la protection de la nature, contre l’emprisonnement des animaux sauvages, organisant des symposiums contre la captivité, en mettant des pages entières dans les médias pour dénoncer les tristes conditions des animaux de zoo, de cirque et de delphinarium.

Vendredi 29 septembre 1991

Extrait de presse

Victoire pour les dauphins !

Succès «historique» pour trois dauphins

Pour la première fois au monde, des vétérinaires ont réussi l’opération de remise en liberté de trois cétacés.

Le projet Into the Blue a abouti. La fondation de Bellerive, présidée par le prince Sadruddin Aga khan, vient de l’annoncer. Les trois dauphins «Silver», «Missie» et «Rocky» ont regagné la haute mer après 20 ans de captivité dans les bassins en béton des Océanoriums anglais de Brighton et Morcambe.*

Depuis plusieurs mois, ils avaient été déplacés dans des lieux plus propices à l’opération de remise en liberté, c’est-à-dire dans une lagune de rêve des Caraïbes, au large des îles Turks et Caicos, premier centre de réhabilitation en son genre.

Compagnie sauvage retrouvée
Très vite, les dauphins ont disparu, d’abord pendant six heures. A leur retour, ils ne montraient plus aucun intérêt pour la nourriture qu’on leur proposait, indiquant par là qu’ils se débrouillaient très bien par eux-mêmes.

Le lendemain, leur groupe était rejoint par un quatrième dauphin sauvage et, aux dernières nouvelles, ils auraient été repérés séparément par des pêcheurs. Ils se déplacent maintenant avec un banc d’environ 40 dauphins.

D’éminents spécialistes, comme Anne Collet, directrice adjointe du Centre national d’étude des mammifères marins de La Rochelle, ont insisté sur la souffrance des dauphins emprisonnés dans des marinelands.

Il faut savoir, explique Anne Collet, que deux dauphins sur trois meurent lors de la capture, et trois sur quatre une année après, à cause de l’état de choc permanent qui perturbe toute leur physiologie.

En captivité, il n’est pas rare qu’ils survivent seulement cinq à dix ans, alors que dans un milieu marin naturel, ils peuvent atteindre 30 à 50 ans.

En rendant aux dauphins captifs leur liberté, nous ne sauvons pas seulement quelques animaux. Nous éveillons également chez des millions d’êtres humains de par le monde le respect pour la nature, indispensable à la survie de notre planète.

Sadruddin Aga Khan

*A.M.I. rappelle qu’en Angleterre, à ce jour, les delphinariums sont interdits.

Pour découvrir les animaux, il existe des milliers de livres.
Pour voir des animaux sauvages, il faut aller dans les nombreux muséums d’histoire naturelle. En plus, il y a des informations pédagogiques pour tous.
Il suffit également d’ouvrir son ordinateur sur les milliers d’animaux ou encore regarder les films documentaires à la télévision.

A.M.I. annonce que le 21 octobre de chaque année sera la journée mondiale du dauphin libre !

Symbole de la liberté !

Ce jour sera célébré par des manifestations partout dans le monde où il y a des delphinariums pour redonner aux dauphins son symbole de la liberté qui existe depuis plus de 3000 ans. Bafoué comme jamais !

INFORMATION : A.M.I.

En collaboration avec des organismes de la protection des dauphins tels qu’Ocean Care, Swiss Cetacean Society-SCS, la WSDF, Réseau – Cétacés, etc. ainsi qu’avec des politiques suisses, notamment des conseillères nationales, ont participé à la liquidation dès 2012 du delphinarium de CONNYLAND à Lipperswil (Thurgovie).

Aqua-Mer-International a participé de par ses écrits (courriers) envoyés à chaque institution du gouvernement suisse, à l’abolition des dauphins incarcérés en Suisse.

Au Conseil des Etats, au Conseil National, au Conseil Fédéral ainsi qu’à chaque conseiller fédéral, un courrier personnel, insistant sur l’importance d’une prise de conscience générale à l’égard des animaux migrateurs, des dauphins, orques, bélougas, etc. qui ont besoin des grands espaces, eux qui vivent en famille (en groupe) et qui n’ont rien à faire dans des bassins ridiculement petits, de quelque grandeur qu’ils soient. Il faut parfois garder le sens de l’éthique, plutôt que de ne regarder que l’intérêt financier (la cupidité).

A.M.I. a aussi envoyé un courrier au vétérinaire fédéral Monsieur Hans Wyss, directeur de l’OVF, pour protester avec véhémence contre ses dires dans la presse, complices de l’emprisonnement des animaux sauvages.

A.M.I. a également écrit à la direction de Connyland pour leur suggérer de faire des attractions comme Disneyland ou bien Europa Park.

Selon la Protection Suisse des Animaux (PSA), 36 dauphins sont morts dans ce delphinarium. Connyland était un véritable cimetière à dauphins.

Sous les empires grecs et romains, toute personne qui tuait un dauphin était condamnée à mort ! Les delphinariums auraient déjà été condamnés 10 fois.

Communiqué d’A.M.I.

Aquamer-int.org / Combat les delphinariums dans le monde depuis 1979.
Satisfait de la fin des dauphins en Suisse.

Presse 20 minutes Genève du 29 octobre 2013, GHI du 30 et 31 octobre 2013,
Tribune de Genève du 30 octobre 2013, Le Matin du 5 novembre 2013
La Liberté à Fribourg du 6 novembre 2013¨

Presse: 20 minutes Genève du 29 octobre 2013, GHI du 30 et 31 octobre 2013,
Tribune de Genève du 30 octobre 2013, Le Matin du 5 novembre 2013
La Liberté à Fribourg du 6 novembre 2013

Aqua-Mer-International A.M.I.
« Victoire pour les dauphins »
A.M.I. remercie tous ceux qui ont lutté pour la cause animale.
aquamer-int.org

P.-S. Chaque spectateur doit se rendre compte que chaque fois qu’il achète un billet pour aller voir des animaux sauvages dans les cirques, les zoos, parcs animaliers d’animaux sauvages, delphinariums, il participe directement à son emprisonnement et à la dégradation de son mental.

Extrait de la Convention Européenne:

Constatant la raréfaction de nombreuses espèces de la flore et de la faune sauvage et la menace d’extinction qui pèse sur certaines d’entre elles;

Reconnaissant que la conservation des habitats naturels est l’un des éléments essentiels de la protection et de la préservation de la flore et de la faune sauvage et pour préserver en particulier les espèces migratrices;

Conscients des nombreuses demandes d’actions communes émanant des gouvernements ou des instances internationales, notamment celles exprimées par la conférence des Nations Unies sur l’environnement de 1972 et l’Assemblée consultative du Conseil de l’Europe.

Espèces de faune strictement protégées:
-les dauphins Tursiops truncatus
-les dauphins Delphinus delphis

Aqua-Mer-International (A.M.I.) demande aux gouvernements européens, de respecter leurs engagements; leur responsabilité est, donc, d’interdire toutes entrées de dauphins des espèces citées-supra dans leur pays.

Dans la nature, les dauphins font 36.500 kilomètres par année à des profondeurs de 600 mètres. Ils n’ont rien à faire emprisonnés dans des bassins de béton.

Le bien-être des animaux marins n’est pas respecté, c’est pourquoi il faut combattre l’ignorance des publics, et leur faire comprendre que l’animal, c’est la liberté ! C’est pourquoi, aucun scientifique sérieux ne peut dire que les bassins, quels qu’ils soient, ont des mesures conformes à l’emprisonnement des dauphins et de leur bien-être.

A.M.I. a révélé que, selon de nombreuses études sur les dauphins (mammifères hautement évolués du point de vue social), les dauphins appartiennent, comme de nombreuses autres espèces migratrices, au patrimoine universel.

De plus, ils perdent leur écholocation, donc, ils deviennent muets à cause des murs de leurs bassins dont la réverbération fait écho avec leurs sonars et, en conséquence, ils ne communiquent plus entre eux.

S’il n’y a pas de plaie physique visible sur les dauphins, il y a des dommages psychologiques indéniables !

Les dauphins emprisonnés qui ont retrouvé leur liberté, retrouvent facilement leurs instincts sauvages selon le grand spécialiste Monsieur Richard O’barry, ancien dresseur du célèbre « Flipper le dauphin ».

Conclusion: la captivité des mammifères marins est une hérésie.

«Tous les mammifères marins doivent être interdits de captivité. »

Il faut considérer comme un acte criminel envers la nature, mais aussi comme un acte d’esclavagisme, tout emprisonnement à perpétuité des animaux sauvages pour de l’argent ou autre commerce.

Tout le monde veut devenir dresseur d’orques ou de dauphins. Pourquoi ? Selon un ancien dresseur du Seaworld: grâce à la circonvolution de leur cerveau « plus grand que celui de l’homme », ces animaux sont très intelligents. Ils comprennent très vite les tours (travail = nourriture). De plus, on les affame et s’ils ne travaillent pas bien, on supprime la récompense. D’après le Professeur Giorgio Pilleri, ce sont les plus intelligents de tous les animaux.

————————————————-

Dauphins assassinés

Capture pour les delphinariums, pour remplacer les morts !

Lors de ces chasses aux dauphins, des propriétaires de delphinariums sont présents. On emprisonne tous les dauphins, puis les propriétaires de delphinariums choisissent ceux qu’ils veulent emporter. Les dauphins choisis sont ensuite isolés, puis emportés jusqu’au delphinarium.

Tous les autres sont massacrés.

Selon l’AFP, Caroline Kennedy, l’ambassadrice américaine au Japon, a fait part de ses inquiétudes quant à « l’inhumanité » de la chasse aux dauphins dans le village japonais de Taiji, présentée par ses défenseurs comme une tradition. Chaque année, les pêcheurs y rassemblent des centaines de dauphins et les attirent dans une baie dont ils ne peuvent s’échapper, afin de sélectionner des spécimens pour des parcs aquatiques et de tuer les autres pour vendre leur chair.

Extrait de mes opinions:

À l’attention de Son Altesse l’Empereur du Japon et de Monsieur le Premier Ministre du Japon.

Je vous fais part de mon désarroi concernant le massacre qui se passe régulièrement dans la baie de Taiji au Japon. Comment peut-on rester indifférent face à une telle horreur ?

Le reportage « The Cove » que vous connaissez peut-être déjà, démontre parfaitement cette horreur sans nom ! Ces cris stridents, cette baie qui change peu à peu de couleur pour devenir rouge à cause du sang des dauphins massacrés.

Le seul but de ce massacre est de capturer les plus jeunes animaux afin de renflouer les parcs aquatiques et les delphinariums !

Il existe une immense cuve d’eau en béton où seront séquestrés ceux qui ont été capturés. Dans cette cuve, on va les affamer afin qu’ils exécutent à la perfection les numéros de cirques qu’on leur inflige.

Une « vie » totalement à l’opposé de leur vie en milieu naturel, à tel point qu’ils se laissent mourir ou meurent d’infections et de maladies diverses.

Durant leur captivité, ballottés d’un parc à l’autre, subissant encore et encore les douloureuses séparations avec leurs semblables avec qui, et après de nombreuses difficultés (langage,…), ils auront réussi à se créer des liens d’affection. Capturés et rescapés, ils restent à jamais marqués par la perte brutale et violente de leurs proches !

Un proverbe indien démontre très bien ce qui nous attend si nous persistons dans notre égoïsme : « Quand le dernier poisson sera pêché, la dernière rivière asséchée, le dernier arbre abattu, l’homme s’apercevra enfin que l’argent n’est pas comestible. »

Laissons la chance aux générations futures de connaître toutes les beautés que nous offre la nature ! Pour que cela soit possible, il faut laisser la nature là où elle est et telle qu’elle est !

Veuillez agréer, Monsieur, mes salutations les plus distinguées.

Gwenaëlle LOZACHMEU

photo Ric O’Barry

La baie de la honte! Selon eux, c’est une tradition ancestrale.

Le cannibalisme était aussi une tradition ancestrale, voire culturelle, et pourtant il n’existe plus.

Dauphins, mais aussi orques et toutes autres bêtes sauvages, n’ont pas leur place en captivité ! Laissons-les vivre paisiblement dans leur milieu naturel : c’est leur place !

Il y a bien eu des essais de la part du WWF et de Greenpeace d’arrêter les massacres des dauphins des îles Salomon. Ces essais avaient réussi dans un premier temps, mais un changement de gouvernement a relancé les massacres.

Aux Etats-Unis, Monsieur Nader lançait une campagne de boycott sur un produit, tout le monde suivait. Il a fait fermer l’usine des voitures Corvette parce qu’elle polluait trop. Monsieur Nader est décédé, qui va reprendre le flambeau ?

Il y a des solutions, mais elles doivent être draconiennes. Aqua-Mer-International a dressé une liste rouge en fin de site. A.M.I. avait proposé de représenter les drapeaux des pays assassins, avec un gros point noir au milieu de leurs drapeaux. Il y a aussi le boycottage des équipes de sport des Féroé, des produits de consommation du pays, etc.

A.M.I. a révélé que, selon de nombreuses études sur les dauphins (mammifères hautement évolués du point de vue social, qui appartiennent comme de nombreuses autres espèces migratrices au patrimoine universel de l’humanité), leur captivité doit être interdite.

Concernant les zoos, les delphinariums et les cirques, le rôle pédagogique de ces établissements est rigoureusement nul et l’exhibition de la captivité est la négation même de l’enseignement de la vie. Internet, la télévision, les safaris touristiques, les parcs nationaux suffisent largement à l’éducation de tous, clame Alain Ottavy.

Aquamer-int.org / Combat les delphinariums dans le monde depuis 1979.

Satisfaite de la fin des dauphins en Suisse.

Presse: 20 minutes Genève du 29 octobre 2013, GHI du 30 et 31 octobre 2013, Tribune de Genève du 30 octobre 2013,                                            Le Matin du 5 novembre 2013.

La Liberté à Fribourg du 6 novembre 2013

Aqua-Mer-International réfute le prétexte de sensibiliser le public à leur protection, ce qui est le leitmotiv de tous les emprisonneurs des animaux sauvages.

Mesdames, Messieurs, ne soyez pas complices de l’emprisonnement des animaux sauvages; éduquez vos enfants à l’importance de l’éthique de l’animal sauvage.

N.B. La colombe blanche est le symbole de la paix !

Les dauphins sont depuis plus de 3000 ans le symbole de la « liberté ».

Le comble ! Un symbole bafoué comme jamais !

Parrainer un dauphin pour leur liberté !

SAUVEZ FLIPPER !

IL N’Y A PAS DE DELPHINARIUMS FORMIDABLES,
IL N’Y A QUE DES ANIMAUX EMPRISONNÉS !

ACHETEZ LE T-SHIRT UNIVERSEL !
VOUS RENDREZ SERVICE AUX ANIMAUX !

Parrainer un orque, c’est sauver Willy.

LES ANIMAUX SAUVAGES DOIVENT RESTER LIBRES DANS LEUR MILIEU NATUREL !

< Voir p. 60: comment parrainer un flipper, pour sauver les dauphins emprisonnés ! >

Parrainer un dauphin, c’est sauver Flipper.

Les delphinariums doivent être combattus; c’est pourquoi, ils figurent dans la liste du T-shirt Universel.

Boycottez les établissements d’animaux emprisonnés,
vous leur rendrez un immense service !

 

Dauphin emprisonné

Les delphinariums, c’est ça !

Dauphins libres

Aquamer, c’est ça !

Alain Ottavy
Président d’A.M.I.
Membre du Conseil de Sécurité
de l’United Animal Nations (UAN)

ACHETEZ LE T-SHIRT UNIVERSEL !
VOUS RENDREZ SERVICE AUX ANIMAUX !
AQUA-MER-INTERNATIONAL (A.M.I.) : animaux de la mer
ANIMAL-MAMMIFERE-INTERNATIONAL (A.M.I.) : animaux de la terre
L’AMI DE TOUS LES ANIMAUX !

Faire un don à A.M.I., c’est donner pour la liberté des animaux emprisonnés.

Si vous voulez faire un don. Merci ! UBS compte No 370 408 01H /240 ou CCP 14-643534-8

Dernière nouvelle: mardi 1er avril 2014

Grace aux organismes écologiques de Greenpeace, Protection mondiale des animaux (WSPA), l’organisation écologiste Sea Shepherd ainsi que le WWF, les Nations Unies des Animaux (l’UAN), A.M.I., etc., le japon vient d’être condamné par la Cour Internationale de Justice de   La Haye que la pêche de soit-disant recherche scientifique procédé par le Japon n’est qu’une activité commerciale. Bien que «profondément déçu», Tokyo a assuré que le gouvernement respecterait la décision de La Haye.

Malheureusement ils avaient menti, car ils ont dit qu’ils reprendraient la chasse dès le mois de janvier 2016, or, ils sont déjà partis en décembre 2015, sous toujours le même prétexte de la recherche scientifique (bidon), donc, ils ne tiennent jamais leur parole.

Aqua-Mer-International met le Japon sur sa liste rouge, pour le massacre des dauphins dans la baie de Taiji et la reprise des chasses à la baleine. Les japonais ne respectent rien, pourquoi ?

< Tous les animaux qui ne sont pas morts leur ventre blanc en surface sont comestibles. >

Cela veut dire qu’ils ne respectent aucun animal quel qu’il soit.

Il ne respectent aucune convention internationale ni la Cour Internationale de Justice de La Haye.

En conséquence, il ne reste qu’une solution:

Boycottez tous les produits japonais !

Aqua-Mer-International put Japan on its red list for the massacre of dolphins in the Taiji bay and for its reprisal of the whale’s huntings. Japanese don’t respect anything, why ?

<All animals which are not dead their white stomach on surface are eatable,>

This means they don’t respect any animal whatsoever. They don’t respect any international convention nor the International Justice Court of  La Haye

Consequently there is only one solution :

Boycott all japanese products !

Notez que cette baleine a l’air de sourire ! Cela est bien la preuve que les dauphins gardent leur sourire même dans la mort (ce qui n’a rien à voir avec le sentiment de joie que leur prêtent les gens. Cela n’est qu’un rictus).  AOC

Baleine découpée, soi-disant étude scientifique ?

Baleine coupée, en steak pour les restaurant !

 

Abraham Lincoln (1809-1865)

« Je suis en faveur des droits des animaux autant que des droits de l’homme. C’est la façon d’être d’un être humain complet. »

« Ich bin für das Recht der Tiere so wie die Menschenrechte. Das ist die Art, ein umfassender Mensch zu sein. »

« I am in favor of animal rights as well as human rights. That is the way of a whole human being. »

« Est-ce le hasard si les personnes les plus intelligentes sont pour les droits des animaux » AOC

Si vous voulez faire un don à A.M.I. Merci ! UBS compte No 370 408 01H /240

N.B.

Un nouveau site verra le jour en 2016: « Animal-Mammifère-International » (A.M.I.) où seront développés les thèmes du  T-shirt Universel traduits en 6 langues afin de conquérir le monde. Il sera possible aussi de signer la Pétition Internationale Européenne contre les delphinariums, les zoos, les cirques d’animaux et autres parcs animaliers qui emprisonnent des animaux sauvages. Vous y trouverez  également des textes s’y rapportant ainsi que des articles dérivés d’A.M.I. qui seront mis en vente, toujours pour la protection des animaux.