Lettre Ouverte au Conseil de l’Union Européenne

AMI / 1048

Réf. LP

RECOMMANDEE

Lettre ouverte d’information

CONSEIL DE L’UNION EUROPEENNE

Secrétariat général

Rue de la Loi 175

Bruxelles1040

Belgique

Genève, le 3 mars 2003

Monsieur le Président,

Monsieur le Secrétaire Général,

Mesdames et Messieurs les Commissaires Européens,

Mesdames et Messieurs les Ministres Européens,

Mesdames et Messieurs les Députés du Parlement Européen,

Mesdames, Messieurs,

Aqua-Mer-International (AMI), créée en 1976, est un organisme de lutte contre les pollutions des eaux et pour la protection du monde aquatique et de son environnement.

Je vous écris pour vous informer de ses buts et vous rappeler l’importance des responsabilités qui vous incombent, en tant que décideurs politiques de vos pays respectifs. La nourriture, la santé des peuples que vous gouvernez est sous votre responsabilité. La qualité de l’eau doit être sous haute surveillance, car elle est source de vie de cette planète.

Un peu d’histoire :

Le commandant J-Y-COUSTEAU avait dénoncé, dans les années 1960 déjà, la disparition de poissons dans certaines régions, due à la surpêche. Monsieur Alain BOMBARD, lui, avait dénoncé les problèmes de la pollution dans les années 1970 dans un livre « Voyage dans un monde qui se meurt « .

Rappelez-vous comment le rapprochement entre Russes et Américains s’est passé ? Grâce à deux baleines bloquées dans les glaces ! Ces deux pays se sont unis pour sauver ces mammifères. Même si, malheureusement, ils n’en ont sauvé qu’un, le contact était fait et rendez-vous fut pris.

En 1958, une baleine blanche (un bélouga) remonta le Rhin. L’industrie de l’époque déversait les eaux polluées de leurs usines directement dans l’eau du fleuve, le poisson était rare, la baleine blanche arriva jusqu’à Duisburg, puis se ravisa et retourna pour prendre la bonne direction, vers la ville de Bonn où se trouvait le Parlement allemand .

Une foule immense suivait la baleine pendant son périple, la presse titrait dans plusieurs pays, en première page, chaque jour, les étapes du cétacé amaigri, car il ne se nourrissait pas malgré les riverains qui lui lançaient des poissons par pitié. Même Brigitte BARDOT était présente.

Arrivée devant le Parlement, la baleine resta un long moment devant des milliers de personnes, venues du monde entier pour la voir et comprendre son message, message que je traduirai par : » Arrêtez de polluer notre monde ! ».

Puis elle se retourna, partit vers la mer et personne ne la revit jamais.

Cette même année, le premier mouvement écologiste était né en Allemagne.

Aujourd’hui, les usines ne déversent plus leurs eaux usées directement dans le Rhin.

LES POLLUTIONS !

Pollutions visibles : en ce qui concerne les pétroliers, dans l’histoire, la plus noire des pollutions, en revenant sur quelques catastrophes, hélas célèbres, où je ne citerai que quelques cas que je nommerai pour mémoire » les pétroliers Titanic « : Le Torrey Canyon, l’Olympic Bravery, l’Urquiola, le cargo Boehlen, l’Amoco Cadiz, l’Andros Patria, l’Atlantic Empress, le Tanio, le Carson, l’Exxon-Valdez, le Haven, l’Aegean Sea, le Braer, le Sea Empress, l’Erika, le Baltic Career et le Prestige ainsi que les prochains à venir ! Sans oublier les boues rouges de Montedisson en Corse.

Les « pétroliers Titanic » ne devraient plus exister, ceci pour éviter à l’avenir les catastrophes écologiques et humanitaires. Les causes, tout le monde les connaît, mais que fait-on ?

Le pétrole : Les « pétroliers Titanic » donnent lieu à des manifestations qui ne manquent pas d’émouvoir l’opinion mondiale. Ces cas de pollution très spectaculaire font prendre conscience à l’homme de l’énorme problème, toujours catastrophique, pour la flore et la faune du monde aquatique ainsi que pour la population humaine et des pertes terribles sur l’économie des pays concernés.

On parle de doubles coques ; mais il faut penser triples coques, pour que les pétroliers ne soient plus jamais « Titanic ».

Les dégazages sauvages : quant aux autres pollutions, comme le dégazage en mer, les bateaux qui lavent leur cuve en pleine mer existent malheureusement. Depuis longtemps, ces hommes, ne regardant que leurs profits économiques et ne voulant pas perdre de temps à s’arrêter dans les ports spécialisés pour le nettoyage des cuves, sont des gens qui ne respectent rien. Comme il n’y a pas de législation précise en eaux internationales (voir la conférence sur les droits de la mer à l’ONU, en 1973), surtout concernant la pêche, les pays n’ont pas réussi à s’entendre sur les limites territoriales…alors pourquoi se gêner ?

Ces pollutions sont effroyables, car elles dégradent tout le système biologique de la mer entraînant souvent la mort de dauphins et autres baleines que l’on trouve parfois échoués sur les plages.

Les pollutions urbaines et agricoles : celles qui ne passent pas par des stations d’épuration et arrivent directement dans l’eau par les égouts ou ruissellements sont des dangers permanents de pollution continue, dans les mers (les organismes toxiques, les bactéries pathogènes pour l’homme, Salmonella ou Listéria, sans oublier les parasites, les virus, etc.). Le » tout-à-l’égout » devient le » tout à la mer « .

Pollutions invisibles : elles sont malheureusement bien plus graves pour la santé que les autres pollutions, seulement, elles ne se voient pas ! La qualité de l’eau est altérée par des produits chimiques (des pesticides) et des métaux lourds bien plus dangereux que le pétrole qui, lui, se voit !

Sans oublier, bien sûr, les déchets atomiques, entreposés au fond de la mer.

Dans les années 50, à Naples (Italie), on a dénombré 26 morts (du choléra) pour avoir mangé des moules à la sortie des égouts de la ville; les autres ont dû leur salut au citron qu’ils avaient mis dans leur assiette.

Malheureusement, on fait passer les intérêts économiques avant la santé publique.

La pêche : le poisson est la principale ressource de nourriture de l’humanité, car la population mondiale se nourrit plus de poissons que de bovidés ou de volailles.En 1970, il y avait déjà un million et demi de bateaux de pêche, combien y en a-t-il en 2003 ?Les pêches actuelles sont industrielles (bateaux usines), par chalutiers, à la seine ou sennes (en mer) et le poisson n’a plus aucune chance de s’échapper ! Avec les technologies modernes, il est détecté aux radars ou sonars (par échos sondeurs). Les poissons sont massacrés par millions, très peu en réchappent…et surtout ils n’ont plus le temps de se reproduire…

Bientôt, il faudra interdire la pêche, comme cela se fait déjà dans certaines régions, au Canada où les pêcheurs sont interdits de pêche par manque de poisson ! Le cabillaud n’est qu’un exemple parmi d’autres; de plus en plus, les pêcheurs se plaignent de la diminution des poissons.

Quant au filet dérivant sur plusieurs kilomètres, » le mur de la mort « , tuant un nombre effroyable d’animaux autres que les poissons, il doit être prohibé par tous les pays : c’est de l’assassinat à l’état pur !

Il n’y a plus, en effet, de rapport avec la pêche proprement dite.

On pêche à outrance, 365 jours par année et, quand certains s’arrêtent un jour par semaine, les pêcheurs du dimanche (plusieurs millions ) prennent la relève, sans jamais remettre en mer de jeunes alevins, comme cela se fait dans certains lacs ou rivières. Il faut tout prendre sans rien donner !

» Le jour où il n’y aura plus de poisson, ce sera la fin du monde » disait le Prof. Dr. Konrad Lorenz.

Mesdames, Messieurs,

Aqua-Mer-International a pris la décision de faire prendre conscience au monde que le poisson n’est pas qu’un bien de consommation mais un animal qu’on doit respecter en lui donnant une chance de pouvoir vivre, se reproduire dans une eau propre afin de continuer à nourrir l’humanité !

AMI a choisi la date du mardi 1er avril 2003 comme jour officiel d’inauguration de la 1ère Journée Mondiale du Poisson !

Le 1er avril, comme jour d’une prise de conscience générale d’un jour sans pêche, animaux marins inclus, ceci pour laisser respirer le monde aquatique 1 jour sur 365 jours de pêche. Donc, invitation à ne sortir de l’eau aucun animal, en dehors des coquillages et des fruits de mer; toute pêche doit être interdite le 1er avril !

Les retombées économiques : ce jour symbolique, en dehors des plaisanteries habituelles, aura des retombées économiques bénéfiques pour toute une industrie !

Le poisson et autres animaux aquatiques seront mis en valeur, ils pourront être glorifiés, par exemple, dans l’industrie alimentaire, sous diverses formes (boulangeries, chocolateries, restauration, poissonneries, poissons pêchés la veille, fabrication de jouets, artisanat, vêtements, bijoux, etc.).

La Fête du Poisson sous toutes ses formes doit faire prendre conscience à l’ensemble des populations de l’importance de la préservation des espèces du monde aquatique.

Le 1er avril sera aussi un jour de conférence ou de symposium concernant les problèmes de pêche, de pollution et pourra être organisé dans chaque état pour renforcer cette démarche.

Le 1er avril un jour sans pêche, mais pas sans poissons !

Aqua-Mer-International (AMI) demande aux gouvernements des 15 pays de l’Europe, ainsi qu’aux responsables européens, non seulement votre approbation, mais aussi votre collaboration pour sa mise en vigueur afin de faire respecter ce jour symbolique et historique dans chaque pays.

AMI souhaite faire respecter un jour par année, le 1er avril, sans aucune pêche dans le monde, qu’elles soient dans les mers, lacs, rivières ou étangs (même subaquatiques).

Que ce soit un jour de paix, une fois par an, pour le monde aquatique, à l’instar d’autres journées consacrées !

Le poisson n’était-il pas le symbole du ralliement des chrétiens à l’époque du Christ…

AMI ne voudrait pas terminer cette « lettre ouverte d’information » sans remercier tout particulièrement, Monsieur le Président français Jacques CHIRAC pour sa prise de position sur la pollution des mers, ainsi que le Ministre de la pêche, Monsieur Franz FISCHLER, pour sa clairvoyance qui sera un jour d’une nécessité absolue, sur la diminution des bateaux et de la pêche.

En vous remerciant d’avoir pris connaissance de nos buts, ainsi que de votre future collaboration à la réalisation de cette œuvre du 1er avril, je vous prie de recevoir, Mesdames, Messieurs, nos salutations empressées.

Aqua-Mer-International

Alain OTTAVY

Président

Annexe : – photos relatives aux textes (extraites du site d’AMI).

– liste de personnalités qui ont soutenu les activités d’AMI.

***

Copies pour information :

-UNEP /PNUE (ONU).

– Au gouvernement suisse, à Berne.

– Aux pays non membres de l’Europe.

– Aux agences de presse.

– A EuroNews presse.

– Aux médias, télévisions, radios.

Aux organismes de protection de la nature :

– WWF, siège central Gland/VD Suisse.

– WWF International

– Greenpeace, siège central à Londres, Angleterre.

– Greenpeace, Zurich, Suisse.

– Nations Unies des Animaux (UAN), Montreux, Suisse.

– Aux sociétés de pêche.

Aqua-Mer-International, l’ami du monde aquatique !

Publié dans Conseil de l'Europe